Site icon Oeuvre Spirale

La valeur des choses

Qu’est ce qui a de la valeur à vos yeux ? Qu’est ce qui est le plus important pour vous dans votre vie ? Qu’elle est l’échelle de valeur que vous utilisez sans cesse face à tous vos choix essentiels ? S’il y a des choses de grandes valeurs à vos yeux, il y a aussi d’autres de moindres valeurs et donc qu’elle valeur donnez-vous aux choses, aux êtres et aux expériences que vous vivez chaque jour ?

Toutes ces questions sur la valeur des choses sont d’une importance capitale car c’est grâce à cette valeur ajoutée que vous pouvez vous différencier des autres et faire les choses à votre manière. Votre manière de vivre est orienté sans cesse à travers la valeur que vous donnez à vos expériences, comme à vos rencontres et c’est à travers cette valeur même que vous découvrez toute la saveur de votre vie.

Sans cette valeur, les choses, les mots, les expériences n’auraient pas de saveur et elles seraient fades, insipides, inutiles, voire même futiles. Vous avez un besoin viscéral d’apporter ces valeurs sur votre monde car d’une certaine manière c’est vous-même que vous projetez dessus, c’est une part de vous que vous mettez dedans afin de mieux vous percevoir dedans, afin de mieux vous y découvrir en définitive.

Tout a une valeur à vos yeux et elle vous est propre car elle ne peut ressembler à la valeur d’autrui. Vos valeurs personnelles sont construites sur les valeurs de votre terroir et de toutes ses traditions. Chaque pays, chaque région a ses propres traditions, ses propres cultures, sa propre langue aussi et ainsi nous nous sommes tous abreuvés de cette culture commune pour découvrir nos propres valeurs.

Nous sommes tous issus d’une terre de tradition, d’une culture commune qui nous a apporté ses histoires, ses mythes et ses légendes, ses héros aussi et à travers toute cette matrice commune nous avons été bercés dans ses chants, dans son folklore comme dans toutes ses danses.  Nous sommes devenus les enfants de ce territoire avant de grandir dans le moule de notre pays.

Nous avons ensuite pris les valeurs du pays, les histoires du continent et la langue commune et universel de notre patrie. Nous avons fini par prendre l’habit de cette mère patrie mais en notre cœur, raisonne encore notre tendre territoire d’enfance où nous jouions innocemment à être toujours autre chose.

Nous avons fini par être autre chose, nos valeurs premières comme tous nos rêves d’enfants ont peu à peu disparu devant l’arrivée de nouvelles valeurs, plus enclin avec notre mère patrie, plus enclin avec notre habit de grand. Nous avons fini par grandir… En devenant grand, ces valeurs se sont peu à peu lissées, peaufinées aux valeurs communes tout en restant quand même un peu nos valeurs singulières.

Mais au loin, on sentait arriver avec grand fracas de nouvelles valeurs qui voulaient éradiquer toutes les anciennes pour l’unique cause d’être plus approprié à ce nouveau monde, à travers de nouvelles modes et aux conséquences de faire face à toute l’hécatombe que vivait de plus en plus le genre humain.

Certain de ceux qui avaient une grande notoriété, parlait de ce nouveau monde comme seule possibilité de pouvoir vivre enfin libre et heureux. Ils disaient que nos valeurs n’avaient plus de sens dans ce nouveau monde, qu’il fallait les laisser et prendre au plus vite les nouvelles afin de pouvoir faire face à tout l’outrage de ce qui se passait.

Beaucoup de choses se passaient, du moins c’est ce qu’ils disaient tous, tous ces gens fort écoutés car fortement mis en avant. Alors la plupart, ne voyant que tout ce qui étaient dit comme parole d’évangile, se tournèrent vers ces nouvelles valeurs car ils étaient totalement persuadés que c’était l’unique moyen de pouvoir survivre face à tout ce que l’on leur racontait.

Mais il y a un problème avec toutes ces nouvelles valeurs car elle prône un monde totalement inversé et pour cela elles veulent éradiquer toutes nos traditions, tous nos coutumes, toutes nos cultures et ainsi toutes nos croyances mêmes afin d’aplanir toute une nouvelle réalité basée sur un socle commun où nous partagerions tous, une religion commune, une patrie mondiale, une république planétaire et tout ça bien sûr pour le plus grand bien de tous.

Il y a pourtant des choses essentielles que tous ces êtres qui se prennent pour des géants, ne peuvent pas comprendre : pourquoi nos territoires sont-ils si différents des uns des autres, pourquoi nos langues, nos cultures, nos coutumes sont-elles si différentes ? C’est qu’elles proviennent toutes d’un coin merveilleux de cette nature si majestueuse qu’elle en est sans cesse différente et que c’est grâce à cette singularité qu’elle permet à tant d’êtres de pouvoir vivre une vie unique et originale.

Croire que l’on peut éradiquer le socle même de nos propres valeurs par des valeurs inappropriées au terrains et culture des territoires, c’est s’illusionné sur le rôle même de nos propres valeurs qui sont les racines même de nos territoires car issus de leurs propres histoires. Nos valeurs ne sont pas là pour nous enfermer dans des désirs illusoires de conquête ou de prospérité ! Nos valeurs sont là pour nous permettre de grandir et de nous épanouir dans notre propre milieu naturel afin que l’on devienne les plus belles plantes de nos territoires, les plus beaux arbres de notre merveilleux pays et que nos branches majestueuses puissent apporter à tout ceux qui le souhaitent, un peu d’ombre, un peu de fraicheur, un peu de répit pour pouvoir se revigorer et retrouver enfin tous ses esprits.

Que restera-t-il quand la valeur des choses ne sera plus le produit naturel de nos contrés mais le produit artificiel d’esprits coupés de leur propre nature ? Qu’elle peut être la valeur de leur monde si la nature n’a plus de place ? Si la nature extérieure n’a plus de valeur à leurs yeux, qu’elle valeur notre propre nature intérieure, peut-elle avoir ? je laisse ces questions en suspends pour que chacun puissent se les poser à sa propre mesure afin que peut être, la valeur des choses puissent éveiller à son tour, son propre territoire ?

Aller à la barre d’outils